Que faire si vos parents ne peuvent se permettre une maison de repos?

Souvent, la pension légale ne suffit pas à payer le coût d'un séjour dans une résidence services. Mais que faire si vos parents n'ont pas assez mis de côté et qu'un déménagement s'impose parce que leur mobilité est réduite ou qu'ils ont des problèmes de santé?

Que faire si vos parents ne peuvent se permettre une maison de repos?

Le CPAS intervient

Lorsqu'on ne peut pas se payer une maison de repos, on peut demander une intervention du CPAS. Celui-ci prend contact avec la maison de repos et lance une instruction financière. Tenez compte du fait que ce genre d'examen peut aller assez loin. Le CPAS vérifiera tout d'abord s'il existe des placements ou si des biens immobiliers pourraient être vendus. Ce processus peut prendre plusieurs semaines. Certaines organisations faîtières de résidences services se sont mises d'accord pour qu'une personne qui en a besoin soit déjà admise dans la maison de repos dans l'attente du résultat de l'instruction.

Une fois que l'examen est terminé et que les étapes nécessaires sont entreprises - par exemple la vente de biens immobiliers - le CPAS règle le solde éventuel de la facture mensuelle, directement avec la maison de repos.

Obligation alimentaire des enfants

Dans certaines communes, il existe une obligation alimentaire pour les enfants. Le CPAS examine alors si les enfants peuvent contribuer à la facture de la maison de repos. Dans d'autres communes, cette obligation n'existe pas. Elles appliquent alors ce que l'on appelle l'exonération de l'obligation alimentaire. Ce qui est déterminant, c'est le domicile officiel de la personne qui séjourne dans la résidence services.

Cotisation en fonction des possibilités financières

Si le CPAS doit intervenir dans le prix de la résidence services, ce montant peut vous être réclamé. Le déficit est réparti entre le nombre d'enfants et des maximums sont d'application. On tient ainsi compte de vos revenus imposables (pour les personnes mariées et les cohabitants légaux il s'agit des revenus imposables communs) et du nombre d'enfants que vous avez à charge. Ici aussi, une instruction financière est menée et un entretien est organisé avec un travailleur social. en effet, le but n'est pas que, en raison de cette obligation alimentaire, vous deviez vous adresser vous-même au CPAS pour demander une aide financière. Un prêt hypothécaire, un crédit pour une voiture, les frais d'études des enfants, ... on tient compte de tout. Ensuite, un arrangement est pris, qui peut être revu chaque année.

Un avantage fiscal ou non?

La pension alimentaire que vous payez peut être déduite fiscalement à 80 %, de façon que vous bénéficiiez d'une réduction d’impôts. Mais il y a anguille sous roche car vos parents devront déclarer la même somme comme étant des revenus dans leur déclaration d'impôt et que des impôts y sont dus ... Et ceux-ci doivent être payés par les enfants (donc par vous). Pour éviter ceci, il est intéressant de remplir la déclaration d'impôt ensemble pour voir clairement ce que peut être l'impact. Parfois, il vaut mieux ne pas déclarer ces montants ou alors partiellement seulement, tant par vous (le payeur) que par vos parents (les bénéficiaires).

 

Votre situation financière après la pension?

Découvrez-la ici